Hubert Reeves

Site officiel

Billet
précédent :

Rien n’est plus merveilleux que l’homme

Billets de bonne humeur

Billet
suivant :

Le nucléaire ? Non merci !

Ces petits bonheurs qui font une grande vie

Publié le 28 mai 2014 dans Le Point.fr

Notre chroniqueur livre ses clés pour avoir une belle vie : être en adéquation avec la nature et savoir apprécier les œuvres des grands compositeurs.

Clés du bonheur
Apprécier et connaître la nature : l'une des clés du bonheur, selon Hubert Reeves.
© Gérard Guittot / Photononstop

Il m'arrive quelquefois de sentir monter en moi un grand sentiment de reconnaissance envers la vie qui m'a si bien traité, qui m'a épargné tant des malheurs dont sont accablés beaucoup d'êtres humains, un peu partout sur la planète. Je n'ai connu ni la misère, ni la guerre, ni les camps de concentration. J'ai une famille et des amis que j'aime et qui m'aiment.

Pourquoi moi ? Pourquoi ai-je été comblé par le destin ? Il n'y a, bien sûr, nulle réponse à ces questions…, mais un impératif s'impose : celui de profiter au mieux de cette chance aussi longtemps qu'elle sera présente. Aussi me suis-je souvent demandé comment je pourrais faire profiter à d'autres des bienfaits dont j'ai moi-même bénéficié. Dans ce but, je me propose de livrer certains des éléments qui m'ont été si bienfaisants, avec l'espoir que ces propos pourraient se révéler bénéfiques à ceux qui en sont aux premières étapes de leur existence terrestre.

Une première recommandation porte sur ce qu'on pourrait appeler des projets d'investissement dans des sources de plaisir. Comment se préparer à goûter des joies qui embelliront tout le cours de l'existence ? Certaines de ces préparations sont simples et faciles, d'autres exigent du temps et des efforts que les futures gratifications qui en découleront compenseront mille fois.

Un énorme retour sur investissement

Les plus précieuses, à mon avis, sont en rapport avec l'appropriation des phénomènes de la nature : apprendre à reconnaître les fleurs sauvages, les arbres fleuris, les chants des oiseaux, à identifier les planètes, les étoiles et les constellations… Ces connaissances acquises enchantent le passage des saisons et enrichissent la vie tout entière. Le printemps s'illumine des anémones sylvie dans les sous-bois, des merisiers blancs le long des chemins de campagne, des teintes roses si délicates des arbres de Judée dans les presbytères. Et l'on se réjouit des premiers chants mélodieux des merles noirs en février, des ritournelles susurrantes des rouges-gorges puis, en avril, du je suis là du coucou gris, et du chant flûté de la fauvette à tête noire, du retour joyeux des loriots dans les grands arbres des jardins. Il y a des CD et des livres pour s'initier à ces savoirs. Il faut la volonté de s'y mettre. Le retour sur investissement, comme on dit en langage économique, est énorme. Tous les efforts consentis sont abondamment récompensés tout au long de la vie et particulièrement, je peux en témoigner par ma propre expérience, au temps des loisirs accrus qu'amène le grand âge.

Sous le charme

La musique est un autre domaine privilégié pour l'apprentissage des bonheurs de la vie. Une de mes grandes frustrations est de ne pas avoir appris à jouer d'un instrument de musique, le violoncelle, par exemple. Je me sens pris d'un grand sentiment d'envie quand je vois les doigts de mes petits-enfants courir avec agilité sur le clavier du piano de leur salon familial. Si j'ai une autre vie — qui sait ? —, j'irai rapidement m'inscrire au conservatoire… Heureusement, il me reste l'option d'écouter la musique et de reconnaître mes pièces favorites quand je les entends ici ou là. Au fil des auditions répétées des œuvres d'un auteur, Mozart ou Wagner, ou tout autre, selon les goûts de chacun, on arrive à composer intérieurement une représentation intime de la personne du compositeur. Ainsi se crée un lien affectif qui va en s'enrichissant au cours des années. Ainsi, Beethoven, bien que mort depuis longtemps, m'est un ami familier que je retrouve toujours avec plaisir quand mon oreille perçoit les mesures chéries de ses œuvres. Mon cœur est en alerte. Je suis sous le charme.

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait… C'est dans le but de contrer ces mots mélancoliques que j'ai rédigé ce texte et pour faire en sorte que ce vieux dicton soit périmé !