Hubert Reeves

Site officiel

Billet
précédent :

Et si notre espèce était éliminée de la Terre ?

Billets de bonne humeur

Billet
suivant :

2015 : les vœux d’Hubert Reeves pour sauvegarder l'environnement

De l’importance d’éveiller l’indépendance d’esprit chez les jeunes gens

Publié le 16 décembre 2014 dans Le Point.fr

Une association de vulgarisation scientifique était menacée par des coupes budgétaires, alors que son travail permet de développer l'esprit critique.

Les débrouillards
Sur leur site, les Débrouillards remercient ceux qui se sont mobilisés pour les sauver. © Cécile Hausseguy/Les débrouillards

Un événement heureux vient de se passer au Québec. Il mérite d'être signalé. Il y a quelques jours, pour des motifs d'économie, le gouvernement du Québec décidait de couper abruptement les subventions à de nombreuses institutions de vulgarisation scientifique. Les Débrouillards, une association qui mène une admirable activité de vulgarisation scientifique depuis plus de trente ans et qui a fait souche avec un grand succès en France, en Belgique et en Afrique du Nord, aurait été particulièrement atteinte par la grande faux.

Ces activités associées à la vulgarisation scientifique — hors du cadre scolaire — contribuent à l'éveil de vocations scientifiques, parfois dès l'enfance, à l'épanouissement des jeunes gens, au développement de leur sens critique et de leur goût pour les démarches innovantes. Elles jouent un rôle essentiel pour le maintien d'une société dynamique, éveillée et productive. À une période où nous nous inquiétons tous de la détérioration rapide de la biodiversité, le dommage aurait été aggravé sur le plan écologique par le fait que de telles institutions, aujourd'hui très actives, auraient été privées de leur efficacité pour la défense de l'environnement.

En quelques jours, une immense levée de boucliers a eu lieu sur les réseaux sociaux et s'ensuivirent de longues listes de signatures. Le ministère impliqué a heureusement décidé de renoncer à ces coupes budgétaires proposées par son administration. Mais l'avenir du projet est encore incertain.

Contre le formatage

Cette manifestation de la réactivité citoyenne est de bon augure. Elle souligne, une fois de plus, le fait que les initiatives propres à contrer la détérioration écologique viennent bien plus souvent des citoyens, par leurs associations non gouvernementales et les réseaux sociaux, que des gouvernements.

Cet événement met en relief une problématique assez générale dans le monde en développement. Malgré les subventions gigantesques accordées à leurs universités, les autorités chinoises — malgré des progrès —, comme celles des Émirats Arabes Unis, reconnaissent leurs grandes difficultés à atteindre des niveaux d'excellence comparables à ceux des universités européennes et américaines. De l'avis général des observateurs, cette difficulté est, en partie du moins, à mettre sur le compte de l'absence d'individualité des étudiants et des chercheurs, trop formatés à la pensée dominante. Il existe pourtant des solutions qui ont fait leurs preuves. Les activités innovantes des Débrouillards en sont d'excellents exemples …